dimanche , 25 juin 2017
Insomnie, quand tiens !

Insomnie, quand tiens !

Share on Facebook+1Pin it on PinterestShare on Twitter

On est généralement insomniaque lorsqu’on a des difficultés à s’endormir ou encore, lorsqu’on se réveille en pleine nuit. Au petit matin, l’on est fatigué et exténué car le manque de sommeil est accablant. Qu’est-ce qui est à l’origine de ces insomnies ? Sont-elles épisodiques ou récurrentes ? Comment y remédier ?

Par D. A.

Les origines de l’insomnie

L’insomnie fait partie des troubles du sommeil les plus fréquents, elle peut être aiguë ou chronique, épisodique tout comme elle peut s’étaler sur une à trois semaines. Elle est, dans la plupart des cas, une réaction face à un stress ou un événement particulièrement angoissant, un changement, ou un autre trouble psychologique…

communément, on envisage une prise de médicaments qui ne dépasse en aucun cas trois semaines. Audelà d’un mois, l’insomnie devient chronique et elle est considérée comme une pathologie à part entière.
De la sorte, on doit revoir son style de vie, effectuer des exercices de relaxation ou consulter un médecin.
L’insomnie est définie comme étant une difficulté à dormir convenablement, avec des répercussions sur le quotidien.
Cependant, il peut y avoir des individus qui, d’ordinaire, dorment peu d’heures par nuit sans conséquence sur le lendemain et n’entrent pas dans la catégorie des insomniaques.

Certaines pathologies peuvent provoquer une insomnie

Plusieurs maladies peuvent engendrer des troubles du sommeil et susciter une insomnie.

Par exemple, les douleurs liées à des maladies comme l’arthrose, le cancer, une crise d’asthme, une allergie, un reflux gastro-oesophagien… toutes ces douleurs peuvent provoquer un réveil nocturne.
Il peut survenir d’autres causes provoquant l’insomnie, comme l’apnée du sommeil (e sommeil est interrompu par de nombreux arrêts de la respiration), le syndrome des jambes sans repos (il s’agit de sensations concrètes imposant le mouvement de ces membres), la parasomnie ( « c o m p o r t eme n t s anormaux pendant le sommeil, notamment le somnambulisme» – Inserm, France). L’insomnie touche près d’un quart des adultes, elle est plus fréquente chez les femmes et les personnes âgées.
Ce que subit un insomniaque Les résultats d’une courte nuit sont, bien entendu, une fatigue au réveil, une somnolence au cours de la journée (surtout si on a une longue journée), des troubles de la mémoire, des difficultés de concentration, une aptitude à avoir/ à causer des accidents de travail ou de la route. Par ailleurs, on remarque chez la personne n’ayant pas bénéficié d’un sommeil réparateur une tendance à l’irritabilité, à l’angoisse et parfois même une dépression. Il faut savoir que si une personne est amenée à endurer une insomnie continue, elle peut, de ce fait, être victime d’angoisse et de peur car à la seule l’idée de passer encore une mauvaise nuit est redoutable pour celle-ci et, ainsi, la personne est plus exposée à avoir une insomnie chronique.

QUELQUES CONSEILS À ADOPTER POUR RÉGLER L’HORLOGE DU MARCHAND DE SABLE :

  • - Préférez des horaires de sommeil réguliers.
    – Pratiquer un exercice physique en journée peut aider à l’endormissement.
    – Plus de caféine après 18h ainsi que le thé et la vitamine C.
    – Habituez-vous à dîner en moins deux heures avant le coucher et évitez les repas lourds.
    – Ménagez-vous une atmosphère adéquate au sommeil, une bonne température, une bonne literie…
    – Rejoignez votre lit dès les premiers signaux de sommeil (bâillements, picotement des yeux, paupières lourdes…).

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page