lundi , 26 juin 2017
Il m’a larguée comme une vieille chaussette

Il m’a larguée comme une vieille chaussette

Share on Facebook+1Pin it on PinterestShare on Twitter

« TU ES TROP BIEN POUR MOI », « JE NE MÉRITE PAS UNE FILLE COMME TOI », « OUBLIE-MOI », « RESTONS AMIS ».
ELLES ONT ÉTÉ QUITTÉES PAR UN SIMPLE SMS, MAIL OU MESSAGE FACEBOOK. DES PHRASES FROIDES ET CRUELLES
REÇUES SUR LEUR TÉLÉPHONE PORTABLE OU LEUR ORDINATEUR AU MOMENT OÙ ELLES S’Y ATTENDAIENT LE MOINS.
Par Lydia Nesli

Goujaterie, muflerie, lâcheté, immaturité, inélégance ! Trop amère, la pilule reste en travers de la gorge. Celles qui sont
passées par là en connaissent un rayon. Une rupture à la hussarde. Une séparation-express, sans aucune explication
de la part de leur « Roméo » ! Dur dur à encaisser. Témoignages…
Un texto et tout était fini
Lila (28 ans) a fréquenté un garçon pendant neuf mois. Tout se passait bien dans le meilleur des mondes, du moins le
pensait-elle. Jusqu’au jour où un texto est tombé comme un cheveu dans la soupe sur l’écran de son portable, la faisant
basculer de sa chaise. « Ce jour-là, nous devions nous retrouver pour déjeuner. Il était autour de 11 heures et je finissais
de me préparer pour être prête à mon rendez-vous. J’ai entendu un bip me signalant la réception d’un message
sur mon téléphone. Je suis tombée à la renverse en déchiffrant les lettres : ‘’C’est fini entre nous. Ne cherche plus à
me contacter. Tu n’es pas la femme de ma vie.’’ Trois phrases assassines qui m’ont donnée l’impression d’une douche
froide. Une fois mes esprits retrouvés, j’ai tenté de joindre mon futur-ex sur son portable, en vain. En jetant un oeil sur
son compte Facebook, j’ai eu une autre surprise : il avait déjà changé son statut en mentionnant qu’il était célibataire.
Cette manière peu cavalière de rompre avec moi m’a vraiment traumatisée. Je trouve cette méthode on ne peut plus
lâche. On ne largue pas une petite amie comme une vieille chaussette ! Une confrontation aurait été plus élégante. »
Le coeur en miettes
Pour se débiner, certains hommes s’ingénient à dénicher l’excuse pourrie. Des phrases du genre : « Tu es trop bien pour
moi, tu mérites mieux », « Je ne veux pas que tu souffres » et blabla bla. Des excuses bidon. Des mots qu’ils n’ont
pas le courage de dire entre quatre yeux préférant un mail ou un sms. Feriel (31 ans) garde encore les séquelles de
sa séparation avec Amine : « Trois années parties en fumée par un brutal mail. A mes yeux, cette relation était solide.
Amine avait fait sa demande officielle auprès de mes parents. Il me parlait de mariage, de voyage de noces, du nombre
d’enfants qu’on allait avoir. Et voilà qu’un soir, je reçois un mail bizarre avec des phrases qui dansaient devant mes
yeux comme une condamnation à mort. Mon fiancé a mis brutalement fin à notre relation sans chercher à me rencontrer
pour discuter avec moi. Au téléphone, il ne répondait plus. Il a juste envoyé un SMS laconique : ‘’Stp, essaye de m’oublier.
Je ne mérite pas ton amour.’’ Ce mufle a brisé mon coeur. En plus, il a eu le culot de me demander de tourner la
page comme si c’était facile d’effacer trois ans de complicité d’un coup de baguette magique. La lâcheté masculine me
fait gerber. C’est la désillusion. J’ai complètement perdu confiance. Je ne veux plus fréquenter d’homme. »
Allô, adieu
Jugée expéditive, mais un « chouia » moins lâche, le coup de fil pour annoncer une rupture. Selma (26 ans) a eu la
désagréable surprise de se voir larguée par son petit ami par téléphone. « J’aurai dû m’en douter. Cela faisait une
quinzaine de jours qu’il jouait à l’homme invisible. Notre relation a duré 18
mois. J’étais folle amoureuse et ne rêvais que de passer ma vie à ses côtés.
Au téléphone, il a été expéditif : ‘’Ce que je vais te dire va sûrement te bouleverser.
Il vaut mieux qu’on cesse de se voir. Je ne mérite pas d’être avec une
fille comme toi…’’ Le reste des mots je ne m’en souviens pas. Il a ensuite
raccroché sans me laisser le temps d’articuler un mot. Un pauvre type, un idiot
qui n’a même pas eu le culot de m’affronter pour me dire qu’il en avait marre
de notre relation. Une fois le choc encaissé, j’ai tout fait pour surmonter cette
mauvaise expérience et me reconstruire. L’aide d’une psychologue et de mon
entourage a été précieuse. Il l’a bien dit : je mérite mieux. J’ai déjà tourné la
page. Les gars lâches m’horripilent. J’ai remonté la pente et je l’ai complètement
effacé de ma mémoire. »

LORSQUE L’AMOUR SE FAIT LA MALLE
ET QUE LA SÉPARATION S’IMPOSE,
MIEUX VAUT EN PARLER À DEUX. FUIR
COMME UN LÂCHE EST LE PIRE DES
COMPORTEMENTS. ET COMME DISAIT
GANDHI : « LÀ OÙ IL N’Y A LE CHOIX
QU’ENTRE LÂCHETÉ ET VIOLENCE, JE
CONSEILLERAI LA VIOLENCE. »

 

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page