dimanche , 25 juin 2017
A la mémoire

A la mémoire

Share on Facebook+1Pin it on PinterestShare on Twitter

de Samy El-Djazaïri

UN GALA ARTISTIQUE SINGULIER EN HOMMAGE AU DÉFUNT ARTISTE SAMY EL-DJAZAÏRI, À L’OCCASION DU 30E ANNIVERSAIRE DE SA DISPARITION, A EU LIEU DÉBUT AVRIL AU PALAIS DE LA CULTURE, À ALGER, EN PRÉSENCE D’UN PUBLIC NOMBREUX COMPOSÉ DES FANS ET PROCHES DE L’ARTISTE, AVEC POUR MAÎTRE-MOT : L’EXCELLENCE.
Karima Belasli

A cette occasion, un spectacle musical, organisé au Palais de la culture Moufdi-Zakaria, à Alger, a été animé par les jeunes artistes Sami Zyriab, Arezki Ouali et la star de la chanson algéroise Samir Toumi, qui ont transporté le public, une heure et demie durant, à travers le parcours artistique du défunt, sous la houlette du chef d’orchestre Mokhtar Boudjelida, en interprétant ses plus belles chansons, telles que Hiya hiya, Laâziza, Khelli nass tqoul, Aya heddad el-fetta ou encore Ya bnate El-Djazaïr.
Originaire du village Ath Ben Yahia, dans la localité de Béni Douala, Samy El Djazaïri, de son vrai nom Ali Kanouni, est né le 6 septembre 1945. Grand maître de la chanson algérienne moderne et de la musique contemporaine de l’après-Indépendance, Samy El-Djazaïri interprétait aisément les chansons des années 1960-1980 dans les registres chaâbi, moderne, kabyle, hawzi (musique arabo-andalouse) et occidental.
Il interprétait des chansons de Mohamed Lamari, Salim Halali, Samy El Maghribi, Lili Boniche et Enrico Macias. Avec son orchestre moderne, créé en 1964 avec quelques-uns de ses amis, il animait des soirées lors des fêtes nationales et familiales (mariages, circoncisions…). En 1970, il émigra en France où il fut remarqué par un imprésario qui l’invita à rejoindre la troupe musicale de L’Amicale des Algériens en France. Il a laissé derrière lui un héritage artistique d’art non négligeable et restera à jamais gravé dans les mémoires des gens qui l’ont connu. La soirée a été clôturée en beauté, avec une remise de prix à la famille du défunt sous l’applaudissement chaleureux du public fidèle de cette icône de la chanson algérienne.

Décédé le 3 avril 1987 dans un accident de la circulation, Samy El-Djazaïri est connu pour ses célèbres hommages à la femme algérienne à travers des textes poétiques particuliers, tels que Errahla, Krit el-houb fi aïnik, Ya Radia ou encore Ya bnate El-Djazaïr, dédiés à la femme algérienne.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page