Mes peurs, mes phobies

Mes peurs, mes phobies

Sauter dans un avion, prendre l’ascenseur, voir une souris, tomber nez à nez avec un cafard, brancher une prise, changer une ampoule grillée, … Pour certaines âmes sensibles, ces simples épisodes de la vie peuvent se transformer en un véritable cauchemar. Des phobies et des angoisses irrationnelles qui entrainent des comportements hystériques.
Par Lydia Nesli

Miss souris grise
Avoir une peur bleue des rongeurs et tomber nez à nez avec une petite souris dans un endroit incongru peut provoquer une grosse frayeur. C’est la mésaventure vécue par Mélissa, 27 ans. «Je remplissais tranquillement mon panier de provisions en me servant dans les rayonnages d’une superette lorsque ma main a touché quelque chose de poilu. Il m’a fallu quelques secondes pour réaliser qu’une souris grise se cachait derrière le paquet de biscuits que je venais de saisir. La bébête a détalé à vive allure me laissant dans un état second. Quand j’ai repris mes esprits, ce fut pour pousser des cris hystériques qui ont rameuté clients et caissiers. Jetant mon panier à terre, j’ai pris mes jambes à mon cou. Cet épisode m’a traumatisée. Je n’ose plus me servir seule quand je vais aux courses. J’évite les superettes et fais mes achats dans les épiceries. Je revois toujours la scène de cette affreuse souris cachée dans les rayons. J’ai un haut-le-coeur et j’en tremble encore.»

Quand le courant ne passe pas !
Remplacer une ampoule, brancher une prise ou un chargeur, des gestes banals pour le commun des mortels. Toutefois, il existe des personnes qui sont terrifiées à l’idée de recevoir une décharge électrique et de mourir électrocutée. «Je ne peux jamais brancher mon ordinateur seule. Je dois toujours demander à ma collègue de le faire à ma place tellement ce geste me rebute, confie Bouchra, 32 ans. Idem pour tout appareil électroménager, tels le batteur ou le mixeur. Changer une ampoule grillée équivaut à mes yeux aller à la potence. Il m’est arrivé d’allumer des bougies, afin de ne pas rester dans le noir en attendant le retour de mon époux. J’ai aussi une frayeur irrationnelle quand j’entends le tonnerre gronder. Je me bouche les oreilles et ferme les yeux tellement la peur me paralyse. C’est extrêmement gênant lorsque je suis au travail ou en compagnie de personnes que je ne connais pas.»

Panique à bord
Autre source de panique pour les phobiques des airs, prendre l’avion. Sauter à bord de ce grand oiseau métallique pour fendre les cieux n’est pas une sinécure pour tout le monde. Certaines personnes angoissent tellement avant un voyage qu’elles en deviennent malades. «De par mon travail, j’effectue plusieurs missions à l’étranger, raconte Lamine, 39 ans. J’éprouve une grande appréhension avant de monter à bord d’un avion ! Insomnies, nausées et perte d’appétit me submergent plusieurs jours avant le départ. Pendant le vol, je prends des anxiolytiques pour tenter de me détendre. Je ne retrouve ma sérénité qu’après l’atterrissage.»
Phobies des bébêtes
On peut être une femme très courageuse dans la vie et avoir peur des petites bébêtes à poils à antennes et à carapace. «Dans ma vie, j’ai eu plus de bas que de hauts, témoigne Djamila, 59 ans. J’ai perdu trois enfants, j’ai combattu un cancer et j’ai été veuve deux fois. A chacune de ces épreuves, j’ai serré les dents. On me qualifie souvent de femme forte et solide lorsqu’on parle de moi. Mais il n’y a que les plus proches qui connaissent mes phobies paralysantes à la vue d’un cafard, serpent, araignée, rat,… Dans certaines situations, je perds complètement mon self-control et me comporte comme une gamine de trois ans. Tout sauf ce genre d’insectes et de reptiles qui me glacent le sang même lorsque je regarde un film.»
Les êtres humains ne sont pas égaux face aux peurs. A chacun ses faiblesses. A chacun ses failles. Toutefois, certaines phobies sont tellement handicapantes dans le quotidien qu’une psychothérapie est indispensable pour retrouver un semblant de sérénité. Parvenir à dépasser ces phobies, c’est aussi retrouver le goût de vivre.

Autre source de panique pour les phobiques des airs, prendre l’avion. Sauter à bord de ce grand oiseau métallique pour fendre les cieux n’est pas une sinécure pour tout le monde

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page