Et si on se faisait coacher ?

Et si on se faisait coacher ?

Quand on travaille au sein d’une entreprise, qu’une belle carrière nous attend, qu’on veuille grimper intelligemment dans la hiérarchie et nous imposer pour mieux évoluer, il faut impérativement travailler sur soi-même, afin de développer ses ressources et explorer ses compétences. Il est requis aussi de se concentrer sur ses rapports avec les autres, son équipe, ses subordonnés quand on est manager. Les femmes arrivent désormais à se frayer une place dans le monde professionnel, à gérer des équipes et à occuper des postes de responsabilité. Pour cela, asseoir son autorité et exprimer son leadership est un impératif à ne pas négliger. C’est d’ailleurs pour cette raison que nombreuses recourent au coaching, terme moderne très réputé de nos jours. Dans ce numéro de Dzeriet, nous mettons en exergue l’importance de se faire coacher non pas pour avoir de bons résultats à chaque fin d’année uniquement, mais pour oser devenir politique au sein de l’entreprise et communiquer sur ses réalisations.
Grâce au coaching, vous oserez assumer votre vulnérabilité comme une force, vous n’hésiterez pas à utiliser votre sensibilité comme un atout pour comprendre les autres et vous n’aurez aucune difficulté à oser prendre des risques. Le coaching vous apprendra à vous faire confiance, à vous lancer dans l’aventure au lieu de chercher la perfection. Vous n’aurez plus le temps de vous poser trop de questions, car vous serez désormais dans le feu de l’action. Nous avons rencontré pour vous une coach professionnelle qui accompagne ses clients sur le chemin de l’évolution. Elle s’appelle Sarah Salima Abbas, coach et formatrice en programmation neurolinguistique, dont le rôle est de vous permettre d’oser prendre conscience de vos atouts (empathie, intuition, influence…), d’améliorer vos comportements et mettre en place toutes vos ressources. Dorénavant, plus aucune excuse pour avancer, réaliser vos rêves, franchir tous les obstacles pour améliorer votre vie aussi bien sur le plan personnel que celui professionnel. A nous le coaching !

Par Dalila Soltani

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page