Ça l’embête de partager sa chambre

Ça l’embête de partager sa chambre

Vos deux enfants doivent partager la même chambre. Toutefois, un sérieux problème s’impose : l’aîné refuse catégoriquement l’idée et veut avoir son propre espace. Rassurez vous, la cohabitation ça s’apprend et il y a bien des moyens de s’arranger.
Par Karima Belasli

 

L’arrivée du deuxième enfant dans votre vie peut chambouler sensiblement votre aîné, car il va se sentir menacé de perdre sa place au sein de la famille. Partager ses parents, son espace et ses jouets s’apprend progressivement au cours de la petite enfance. La cohabitation embête votre bambin. «C’est à moi» est cette formule qu’on trouve très souvent chez les enfants uniques ou les aînés. Pour arriver à la cohabitation, l’enfant doit assimiler d’abord le concept du partage, il prendra peu à peu conscience de ce sentiment de possession envers ses choses, mais aussi de celui de l’autre.

Les parents doivent aider l’enfant à partager

Par ce moyen, il faut expliquer d’abord, l’existence de l’autre et qu’il est différent de soi. L’autre enfant doit être impliqué également. Il sera investi par des choses qu’on lui donne ou qu’on lui prête. Ainsi, on l’aide à percevoir et à sentir que l’autre existe. Donc, commencez par nommer les choses que possède chacun, ce qui appartient à chaque membre de la famille et ce qu’on doit partager à tour de rôle. Prêter son jouet, son vêtement, son espace ou ses parents…ou tout autre chose qu’on aime est nécessaire pour pouvoir par la suite être dans le lien relationnel.

Développer le jeu symbolique

Avec la mise en place d’un langage spécial et de la fonction symbolique qui va se développer avec le temps, la notion de partage est un apprentissage social qui s’acquiert progressivement. L’enfant va passer de la relation où tout est centré sur lui-même vers une étape où un autre est investi. Ce passage est important et où le partage est un moyen essentiel.

Lui faire découvrir le plaisir et les avantages du partage

Pour un début, il faut éviter de forcer l’enfant à prêter ses choses ou à partager sa chambre. Il va certainement refuser, car c’est dans la nature de l’être humain. Doucement, avec l’âge, l’enfant va découvrir un sentiment autre que le désir de possession. Partager une chambre peut s’avérer avantageux pour vos petits. Ils peuvent devenir complices et comploter même derrière votre dos. Si un enfant accepte facilement de céder et d’obéir, soit l’objet ne signifie rien pour lui, soit il a appris à le faire avec d’autres personnes.

L’enfant imite les adultes

L’enfant découvre le plaisir de partager quand il voit les adultes en train de le faire. Les adultes sont un exemple pour l’enfant, ce qu’il saura faire par le mécanisme de l’imitation. Au début, il donne ses jouets, ensuite il doit parvenir à donner de son temps, de ce qui est précieux pour lui, et enfin de soi.

Conseils pratiques

Rester à l’écoute de votre enfant. S’il a besoin de créer un espace rien qu’à lui dans la chambre qu’il partage avec son frère ou sa sœur, n’hésitez pas à lui donner le droit de créer un coin à lui, un meuble qu’il peut déplacer et sur lequel il peut ranger ses livres et cahiers. Il peut aussi peindre son côté, ça lui permettra d’avoir son intimité. Si votre enfant souhaite avoir un bureau dans l’entrée ou dans le salon, n’hésitez pas à lui demander. Il pourra ainsi avoir un coin rien qu’à lui.

 
 

Remerciements au Dr Ali Benali Madjid, psychologue clinicien
Tél : 0778195478

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page