Faïza Antri Bouzar, Une styliste à la conquête de l’Occident

Faïza Antri Bouzar, Une styliste à la conquête de l’Occident

Quand on évoque son nom pour la première fois, notre esprit s’évade illico presto dans le royaume scintillant des bijoux et des ornements luxueux. Elle a hérité du savoir-faire de sa famille dans le monde raffiné de la bijouterie avant de se lancer dans l’univers de la haute couture. Faiza Antri Bouzar ne cesse de faire preuve d’ambition et de créativité. Aujourd’hui, la talentueuse styliste va à la conquête de l’Occident. Elle vient récemment d’habiller l’actrice américaine Mekia Cox.

Faïza Antri Bouzar n’est pas une styliste ordinaire, c’est une artiste qui innove continuellement. Audacieuse, voilà un mot qui définit cette créatrice, constamment en train de repousser ses limites pour explorer de nouveaux horizons. Récemment, FAB Créations a habillé l’actrice hollywoodienne Mekia Cox d’une sublime robe rouge dans laquelle elle a juste rayonné. Une information qui aurait dû provoquer un tollé médiatique, car il s’agit bien de la première styliste algérienne à habiller une star d’Hollywood. Pourtant, silence radio !
Interrogée sur cette information, FAB nous explique qu’elle a été effectivement invitée aux USA, en juillet 2017 par le département d’Etat, afin d’assister à plusieurs conférences, expositions et séminaires dans différents Etats, dont Chicago, Los Angeles, Miami et Washington. «Cette expérience m’a permis de créer un réseau avec des designers internationaux, africains, égyptiens, maghrébins qui m’ont proposé de leur envoyer des pièces de mes collections pouvant servir à habiller les stars intéressées. C’est grâce à ce voyage et ces rencontres importantes que j’ai eu la chance d’habiller Mekia Cox», avoue-t-elle.

Le vrai challenge
Pour FAB, le vrai challenge est de pouvoir valser sur les registres du traditionnel et du moderne à son aise. Ainsi, elle fait appel au traditionnel pur quand la situation l’exige. C’est ainsi que pour la collection qu’elle devait envoyer aux USA, elle a laissé libre cours à son talent alliant parfaitement les styles en créant des tenues modernes et légères, histoire de séduire les Occidentaux. Il faut reconnaître que FAB possède ce don d’allier parfaitement le côté fashion à l’aspect patrimoine. Pour preuve, elle a déjà participé auparavant à un voyage en Philadelphie où elle a présenté une collection de vestes de karakou revisitées, baptisée Ikosia Jacket. Cette collection a fait l’objet de plusieurs shootings avec des stars occidentales et des mannequins.

Une nouvelle étape dans l’expérience FAB
Les voyages ont donné une nouvelle dimension à l’expérience de FAB. Une dimension riche et multiculturelle. En 2016, FAB a visité plusieurs pays et elle a pu s’imprégner de leurs cultures, à savoir le Canada, le Liban, La France, l’Autriche, le Koweït et Philadelphie où elle a été la première styliste algérienne à participer à la fashion week de Philadelphie. «J’ai été invitée grâce à une femme algérienne résidente à Philadelphie qui m’a fait part de cet événement. Grâce à elle, je suis rentrée en contact avec les organisateurs et j’ai eu la chance de représenter dignement mon pays», a-t-elle précisé.
Grâce à ce déplacement aux USA, FAB a bénéficié des critiques de professionnels avisés dans le monde de la mode à Hollywood. «Ce contact m’a permis d’évoluer en tant que styliste algérienne et de comprendre que je suis en mesure de m’adapter au marché d’Hollywood et de créer des pièces internationales. Cela prouve que nous n’avons pas de limites, que tout est possible à condition de mettre toutes les opportunités de son côté. Elie Saab a pu devenir célèbre grâce à son talent d’adapter ses collections à l’époque actuelle. Si nous souhaitons exporter la tenue algérienne, il faut impérativement qu’elle soit portable par les Américaines, les Africaines, les Asiatiques, les Européennes… Pour qu’un styliste réussisse ce challenge, il doit s’adapter à l’évolution de la mode dans le monde», souligne fièrement FAB.

Une styliste engagée
FAB s’est lancée dans le monde du stylisme par engagement. Après avoir suivi des études de commerce et de marketing dans une école prestigieuse à Nice, elle s’est retrouvée attirée par cet univers. «J’ai eu la chance lors de mon cursus de découvrir des modules passionnants, tels que l’histoire de l’art, l’histoire des civilisations. Un cursus qui m’a ouvert sur le monde. Le fait d’être née dans un atelier de créateurs de bijoux était un atout supplémentaire pour moi. Je voulais redonner vie aux tenues d’Algérie, séduire les jeunes à nouveau par le karakou et le caftan. Aujourd’hui, mon fonds de commerce est la création dans le domaine du vêtement traditionnel algérien et la préservation du patrimoine, en ayant toujours à l’esprit d’où provient le karakou, mais aussi en faisant la promotion de cette même tenue avec le souci de l’internationaliser. Mon défi est de faire aimer le karakou à la jeunesse algérienne, le rendre fashionable, moderne. Mon pilier est de préserver les sources, mais aussi de suivre l’évolution des générations et d’adapter les tenues à l’air du temps», tient-elle à expliquer avec force conviction.

FAB, le retour aux sources
Aujourd’hui, FAB a un seul souhait : consacrer son énergie à la tenue vestimentaire algérienne dans toute sa variété, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. «Etant donné que j’ai été en Occident, j’ai participé à des défilés à Paris, au Canada, aux USA, je me suis rendue à Vienne, au Liban, au Koweït… je veux, maintenant, axer mes efforts sur l’Algérie. J’ai envie de découvrir les tenues vestimentaires de toutes les régions du pays. C’est un retour aux sources et je suis en quête des particularités vestimentaires de notre riche terroir. Je souhaite me rapprocher de plus en plus des Algériens et répondre à leurs besoins. Notre culture est tellement riche et variée que cela pourrait me prendre toute une vie.»

FAB Créations, l’événement
Le 29 mars prochain, Faïza organise un événement grandiose à l’occasion des 10 ans de FAB Créations. La styliste s’est voulue discrète en se gardant de trop s’étaler sur les détails de l’événement, mais elle a affirmé que cette date annonce une diversification au sein de FAB Créations et une volonté de partager avec les gens, de communiquer davantage avec le peuple algérien pour leur parler des métiers, de la fetla, du mejboud et de l’histoire des tenues algéroises.

Par Dalila Soltani

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page