Hygiène intime <br />Quel geste adopter ?

Hygiène intime
Quel geste adopter ?

L’hygiène intime englobe l’ensemble des pratiques relatives à la propreté de la zone vulvo-vaginale tout en respectant la nature de cette partie particulièrement fragile, à cause de la flore vaginale. Quelle est la fréquence des lavages ? Que faut il éviter pour ne pas perturber l’équilibre de sa flore vaginale ? éléments de réponse.

 Par Sarra Safar Bati

Qu’est-ce que la douche vaginale ?

La douche vaginale consiste à laver l’intérieur du vagin. C’est une mauvaise habitude à proscrire puisqu’elle détruit la flore vaginale en provoquant un déséquilibre du pH vaginal. Elle est même inutile, car le vagin possède un bon système d’auto-nettoyage. Il faut bien noter que la douche vaginale post coïtale ne protège pas contre les infections sexuellement transmissibles et ne remplace pas un moyen de contraception adéquat.

On utilise un gant de toilette
Le gant de toilette est un milieu favorable à la prolifération des germes. En plus, les fibres du tissu sont très agressives pour cette zone. Il est préférable de procéder au nettoyage à l’aide de ses propres mains préalablement lavées. Il faut assurer un séchage correct en tamponnant doucement après chaque toilette pour éviter l’humidité et les mycoses avec une serviette changée fréquemment.

On évite les savons parfumés, gels douches et déodorants
Il ne faut pas chercher à masquer les odeurs par ces produits, car ils sont trop violents pour une zone aussi sensible : ils sont agressifs, desséchants, ils fragilisent les muqueuses et entraînent des sensations de brûlure. L’idéal est de choisir un savon doux adapté à cette zone avec un pH physiologique ou se laver avec de l’eau tout simplement.

On nettoie du périnée de l’arrière vers l’avant
Il est impératif de se laver d’avant en arrière et jamais dans le sens inverse pour ne pas contaminer la vulve par les germes de l’anus et provoquer une infection urinaire.

On bannit les vêtements trop serrés et les sous-vêtements de matière synthétique

Eviter les vêtements trop serrés, source de transpiration et d’irritation. Les mycoses vaginales sont plus fréquentes chez les femmes portant des sous-vêtements en matière synthétique par rapport à celles qui portent des sous-vêtements en coton. Le coton est une matière naturelle qui respire bien et évitera donc l’humidité. Il faut changer ses sous-vêtements au moins une fois par jour et il ne faut pas garder sur soi un maillot de bain mouillé.

Bon à savoir hygiène intime-sideRemerciements au
Dr Ahmed Skhiri, spécialiste en gynécologie obstétrique
Email : cabinet@drskhiri.com
Web : http://www.drskhiri.com
FB : https://www.facebook.com/drskhiri

 

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page