Intermittent fasting quand jeûner fait maigrir

Intermittent fasting quand jeûner fait maigrir

Le jeûne intermittent (ou intermittent fasting) est une méthode pour maigrir qui fait de plus en plus d’adeptes. Elle consiste simplement à se priver de manger pendant plusieurs heures, afin de booster votre organisme et brûler la masse grasse de votre corps plus rapidement. Eléments de réponses avec notre spécialiste Bennacer Amira.
Par Sarra Safar Bati

Le jeûne intermittent est l’une des tendances de santé et de remise en forme les plus populaires aujourd’hui. En quoi cela consiste exactement ?

Il existe plusieurs types de jeûnes, l’alternatif entre jour de jeûne et jour sans jeûne, le jeûne modifié de 12 à 24 heures, souvent identifié comme le jeûne 5 :2 (5 jours de consommation normale entrecoupés de 2 jours de jeûne intermittent) et enfin, le plus célèbre, l’alternatif limité dans le temps ou fasting comme le 16/8 : 16 heures de jeûne et 8 heures pendant lesquelles on peut manger.

Comment y procéder ?

Pour le jeune intermittent ou fasting dans le temps comme le 16/8 il suffit de jeuner 16 heures (en général de 20h à 12h) donc, on saute en général le petit-déjeuner. L’idée est de manger dans une fenêtre de 8h au minimum 3 repas (déjeuner, collation et diner) sans restriction précises de quantité et en continuant à boire quelques boissons précises (eau, thé sans sucre, bouillons, ou autres boissons non sucrées et non édulcorées). Mais ce qui est important avant tout c’est de voir s’il n’y a pas de contre-indication avant d’entamer ce type de diète. Il est indispensable de consulter son médecin traitant. Un jeûne intermittent doit être encadré par un professionnel de santé ou un spécialiste de la nutrition.

Nutrition1Quels sont les avantages ?

Plusieurs études mettent en évidence qu’il aiderait à faire perdre du poids. Il est facile à suivre, car pas de consignes compliquées à appliquer. Il réduirait les problèmes digestifs comme les ballonnements, aiderait à détoxifier l’organisme. Certains athlètes trouveraient que ce type de diète est plus facile à suivre avec leurs entraînements. Il améliorerait les conditions inflammatoires comme l’arthrite rhumatoïde, et les maladies auto-immunes comme la maladie de Crohn, la colite, l’eczéma et autres, grâce à la modulation immunitaire.
Il normaliserait le taux de ghréline, connue sous le nom «d’hormone de la faim», ce qui permettrait aussi à certaines personnes, de reconnaître davantage la faim et d’apprendre à écouter leur corp.

Comment se font la perte de poids et l’élimination des mauvaises graisses ?

C’est en fait un régime hypocalorique modifié, il se base alors sur le même principe qu’un régime hypocalorique car on manger moins que ce qu’on dépense. Il faut donc déjà ne pas manger plus qu’il ne faudrait (en excès) pendant les heures où on ne jeune pas. Les études ont montré que le stress ou la faim provoqués par le jeûne favorisait la combustion de la graisse, et entraînaient une augmentation spectaculaire du taux d’hormones de croissance (GH). Cette dernière favorise la perte de masse grasse tout en préservant la masse musculaire et en régulant le taux de glucose sanguin, ainsi que le niveau de plusieurs hormones.

En quoi est-il bon pour l’anxiété, la dépression et le stress oxyda-tif ?

Certaines études montrent que le jeune intermittent augmenterait la disponibilité des neurotransmetteurs dans le cerveau qui améliorent instantanément l’humeur (sérotonine, opioïdes endogènes et endocannabinoïdes) et favorisent la régénération nerveuse, ce qui améliore la mémoire et l’apprentissage et réduirait l’anxiété.
Concernant le stress oxyda-tif, ce type de diète ralentirait l’accumulation des radicaux libres oxyda-tifs dans les cellules, prévenant ainsi les dommages oxyda-tifs au niveau des protéines cellulaires, lipides et acides nucléiques, dommages associés au vieillissement et aux maladies.

Quels sont les contre-indications?

Ce type de jeune n’est pas adapté à tous. Nous n’avons pas assez de recul et d’études sur le suivi de ce genre de diète à long terme. Et d’ailleurs, il est important de savoir que le jeûne à long terme est contre-indiqué dans certains cas, par exemple pour les jeunes enfants, les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes âgées, les diabétiques de type I (sous insuline), ou dans les cas de myopathie clinique (atrophie musculaire). Il est aussi déconseillé chez les personnes présentant des troubles du comportement
alimentaire, d’où la nécessité de le faire sous surveillance ou coaching spécialisé.

Bennacer Bouzidi Amira FatmaDr Bennacer Bouzidi Amira Fatma
-Docteur en sciences, spécialisée en physiologie et nutrition
-Fondatrice et responsable du centre Nutriwell
Cité Segna – Bt c9 n°24 Reghaia, Alger
Tél. 0557 21 41 30
FB : Nutriwell dz

 

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page