Je renonce à me mettre au régime et je m’en fiche !

Je renonce à me mettre au régime et je m’en fiche !

Faut-il être filiforme et mince pour être désirable ? C’est en tout cas ce que tentent de nous faire croire les magazines de mode.
L’impact est foudroyant. La moitié des femmes de la planète sont au régime pour répondre aux normes des canons de beauté du moment.
Toutefois, la résistance s’organise.
Par Lydia Nesli

Çà et là, des voix s’élèvent pour dénoncer ce diktat. Résultat : des femmes ont envoyé valser leur balance par la fenêtre et repris le chemin des buffets dînatoires gargantuesques entre amis. «Aux orties le culte du corps ! Après tout, on ne vit qu’une fois», s’insurgentelles.
Après des régimes draconiens qui ne leur ont laissé que des frustrations et de l’amertume, ces filles ont décidé d’assumer leurs rondeurs. Adèle, la chanteuse, n’est-elle pas bien en chair ? Et que dire du top model Tess Munster de 120 kilos ? Bon, on n’en est pas à ce stade bien-sûr, mais se contenter d’une tomate mozzarella, d’une soupe et d’un yaourt par jour, c’est terminé ! Chocolat fourré, pâtisserie fine et crème fraîche sont de retour sur la table.

Société complètement aliénée

Des rondeurs, Kahina, 34 ans, les a eues depuis
l’adolescence. Pour être mince comme ces stars
hollywoodiennes, la jeune femme s’est astreinte à freiner son
appétit. Jusqu’à ce déclic survenu, il y a environ deux ans.
«J’ai mis une croix définitive sur les régimes amaigrissants.
En fait, j’ai compris que la société actuelle nous impose son
diktat. Etre belle c’est d’abord, être mince. Les mannequins
et autres tops models nous le rappellent à grands coups
de photos sur papier glacé ou à la TV. Pourtant, à y
réfléchir un peu, on réalise vite qu’on subit une sorte
d’aliénation. Personnellement,
j’ai suivi des régimes éreintants pendant de longues années.
Privations, restrictions, frustrations,… Je connais par
coeur ce répertoire. De longs mois de sacrifice à décliner les
invitations de peur de craquer et à me contenter de salades
déprimantes ! Sur la balance, le résultat était toujours
timide. Toutefois, gagner une taille était quand même une
belle revanche. Le problème c’est qu’au moindre pépin dans
la vie, je me jetais sur la nourriture. J’ai rompu avec mon
petit ami, j’ai repris cinq kilos en deux semaines. Mon corps
s’est mis à stocker les sucres que je me suis interdits. Mon
poids jouait au yoyo au gré de mes humeurs. Ma prise de
conscience s’est faite suite à ma rencontre avec l’homme
de ma vie. Il a un bon coup de fourchette et fait toujours
honneur aux plaisirs de la table. Il a redonné confiance en
moi en m’assurant qu’il m’aimait même avec mes rondeurs.
Depuis, j’ai intégré dans ma tête qu’être mince n’est pas
une condition sine qua non pour être jolie et trouver l’amour.
J’ai lâché la rampe côté régime. Désormais, je ne suis plus
affamée et franchement, c’est bien mieux comme ça.»

La révolte des grosses

Samra, 27 ans, s’est également réconciliée avec son
assiette. Toutefois, elle relève une injustice génétique. «Moi,
il suffit que je regarde une pâtisserie pour grossir. Ma
meilleure amie, elle, peut avaler ce qu’elle veut sans
prendre un gramme. J’ai multiplié les régimes sans résultats
probants. Dès que j’arrête un régime, je reprends le double
de mon poids. Se priver des bonnes choses à manger n’est
pas bon pour le moral, non plus. Voilà pourquoi j’ai renoncé
à me remettre au régime. Je pèse 69 kilos pour 1,60 m. Je
m’habille en taille 42. Et après ? En tout cas, je ne zappe
plus les sorties aux restos avec mes amis et je ne cumule
plus de frustration. Pour compenser je fais du sport. Je me
sens mieux dans ma peau depuis que j’ai accepté mon sort.»

Belle dans son kaftan

«Le culte du corps mince est une invention de
l’univers de la mode», pense Hana, 41 ans. Pourtant,
culturellement, on préfère les femmes bien en chair
dans notre société. Un kaftan, une blouse ou une robe
berbère ne mettent la femme en valeur que si elle
possède de belles hanches et une poitrine généreuse.
C’est cela la féminité. J’ai abusé de régimes qui
ont bousillé ma santé. Pourquoi vouloir à tout prix
rentrer dans un jeans taille ‘s’ ? Au fond, c’est ridicule. J’ai
fini par m’accepter telle que je suis. Je mange de tout en
faisant attention à ma santé. Mais j’ai juré : les régimes
amaigrissants, c’est fini !»
Mince ou enveloppée, qu’importe ! L’essentiel c’est
d’accepter son poids et de se sentir bien dans sa peau.
Se ruer sur la malbouffe sous prétexte qu’on s’en fiche de
faire fléchir l’aiguille de la balance n’est pas la solution
non plus. Manger par plaisir certes, tout en préservant
son capital santé, en optant pour un régime équilibré avec
des ‘’craquages’’ de temps en temps, afin d’éviter les
frustrations. C’est en tout cas ce que nous conseillent les
nutritionnistes.

Après des régimes draconiens qui ne leur ont laissé que des frustrations et de l’amertume, ces filles ont décidé d’assumer leurs rondeurs.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page