Majda Zeggane <br />styliste haute couture

Majda Zeggane
styliste haute couture

Quand Majda Zeggane parle de ses collections, une étincelle magique illumine son regard comme cet éclat qui se lit dans le regard des amoureux sous l’effet du coup de foudre. Majda est une femme passionnée et amoureuse, amoureuse jusqu’au bout des ongles des tissus qui font de son univers un espace chatoyant et sensuel. Cette styliste, dont la réputation n’est plus à faire s’installe définitivement à Paris où elle ouvre sa boutique de haute couture au plus grand bonheur de ses clients de l’autre rive qui pourront, enfin, profiter de son savoir faire. Elle se livre à nous dans cet entretien.

Propos recueillis par Dalila Soltani

Européaniser la tenue traditionnelle algérienne pour l’emmener vers l’international

Après plus de 25 ans dans le monde de la haute couture, l’ambassadrice digne de la haute couture algérienne a pris la décision de s’installer de l’autre côté de la Méditerranée, plus précisément à Paris, pour entamer une nouvelle étape dans sa carrière. Aujourd’hui, elle se lance un nouveau défi : parvenir à imposer la tenue traditionnelle algérienne sur les podiums internationaux, l’européaniser afin de séduire l’Occident.

Des débuts prometteurs

Avant de revenir en Algérie pour tenir la boutique que sa maman lui avait achetée à la rue Didouche-Mourad, Majda a fait deux prestigieuses écoles de stylisme à Paris. Elle a côtoyé les plus grands couturiers dans le domaine. Issue d’une famille d’artistes algériens célèbres, son père n’est autre que Kamel Hammadi, un auteur-compositeur de renom, et sa mère la chanteuse Noura. Toujours passionnée et attachée à ses sources, elle arrive à Alger à l’âge de 22 ans pour se lancer dans le monde du stylisme. Sa carrière commence dans le prêt-à-porter. «A mon arrivée, j’ai constaté que les jeunes femmes n’avaient pas trop le choix pour s’habiller à la mode. J’ai donc commencé à confectionner des tenues de tous les jours avec des tissus locaux. Ma clientèle semblait apprécier énormément mes collections, ce qui me poussait à développer mon style et évoluer avec mes clientes qui, étudiantes à l’époque, sont devenues avocates, médecins, ingénieurs, architectes et autres», dit-elle avec nostalgie.

La haute couture, une histoire d’amour

Ce n’est qu’en 2000 que Majda se lance dans la haute couture. A l’époque, elle a réalisé les tenues traditionnelles de son mariage, ses amis et ses proches étaient ébahis par son talent. Un jour, un de ses amis avocat à qui elle a réalisé la robe de mariage de sa fiancée lui proposa de participer à un événement organisé par la Chambre française du commerce pour marquer le retour des investisseurs français en Algérie. «J’étais la seule jeune styliste au milieu des grands noms de la haute couture algérienne. Me retrouver parmi ces doyennes était un honneur pour moi. J’ai représenté la culture algérienne avec brillance, ce qui m’a valu beaucoup d’encouragement», raconte-t-elle. Majda s’est distinguée tout au long de ses années par un style unique. Fière de sa culture algérienne, elle maîtrise parfaitement les classiques vestimentaires, qu’elle décline sous diverses couleurs et matières. Chaque tenue porte en elle-même l’esprit de plusieurs régions.

Les tissus nobles, son univers magique
Tout l’art de cette styliste est de ne travailler qu’avec des tissus nobles. Pour elle, le beau n’existe qu’avec de belles matières, du perlage de qualité et de la broderie traditionnelle.
«Je travaille beaucoup avec le velours, la soie, la crêpe, la dentelle, tout ce qui est noble me séduit», affirme-t-elle.

Du tac au tac

Que pensez-vous de l’évolution des tendances lors des mariages ?

Les mariées ont tendance ces dernières années à porter des tenues traditionnelles exclusivement, elles mettent aussi des tenues variées de toutes les régions quelles que soient leurs origines. C’est une belle manière de célébrer la richesse du patrimoine vestimentaire algérien.

Dans vos collections, quelles sont les pièces phares ?

Le karakou, la melhfa et la robe kabyle.

Qu’est-ce qui vous inspire ?

Tout peut m’emmener à créer, une photo, un tableau et particulièrement les tissus. Si vous me laissez dans un magasin de tissus, je peux m’oublier toute la journée.

Des projets d’avenir ?

Faire connaitre mon pays en France et pourquoi pas dans d’autres pays européens et être une ambassadrice digne de la haute couture algérienne.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page