Maux D’hiver ? Comment leur résister

Maux D’hiver ? Comment leur résister

Avec la saison du froid, les virus sévissent sévèrement. Pour se prémunir, on doit absolument prendre en considération des mesures de protection.

Les virus respiratoires, comme celui de la grippe, sont plus tenaces quand les températures sont basses. Ils subsistent plus longtemps. Il y a alors un risque plus grand d’être infecté. Autre facteur favorisant : la promiscuité. Le froid, le vent et l’humidité nous incitent à nous protéger dans des lieux renfermés et souvent mal aérés. Ce qui égale à s’enclore dans un bouillon de virus.

Les gestes à connaître pour limiter le risque de contamination
Les virus respiratoires, mais aussi celui de la gastroentérite, se transmettent par la toux, l’éternuement et par le contact de mains contaminées. Voici de petits gestes simples qui permettent de s’en protéger efficacement :

Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, ou à l’extérieur avec une solution hydroalcoolique
Les virus du rhume et de la grippe se transmettent d›une personne à une autre à peu près de la même manière. La contamination peut se faire par les postillons (l’expression scientifique est «gouttelettes aéroportées») ou par les mains. 40 % des personnes enrhumées portent le virus sur leurs mains après s’être mouchées.

Faites trente minutes d’exercice par jour
On sait que l’activité physique régulière est bénéfique. Elle diminue non seulement le risque de maladies cardiaques, mais aussi celui du cancer, de diabète… Faire de l’exercice réduirait aussi la fréquence et la gravité des infections respiratoires de l›hiver. Trente minutes par jour, cinq fois par semaine, d’activités telles que la marche rapide, le vélo, la gym ou la natation peuvent vous aider à bien traverser l’hiver.

Aérer quotidiennement son domicile
En hiver, du fait des basses températures, on hésite davantage à ouvrir les fenêtres pour préserver la chaleur et pourtant il est impératif d’aérer tous les jours en ouvrant en grand au moins 10 minutes. De cette manière, vous renouvelez l’air ambiant.

Se gargariser chaque matin, en s’inspirant des Japonais
Ils ont l’habitude de se gargariser tous les matins après s’être lavé les dents. Cela diminue de 40 % le risque d’infections ORL et respiratoires et soulage les maux de gorge. La recette : un verre d’eau froide ou tiède additionnée d’une demi-cuillerée à café de sel pour une action antiseptique. Les eaux gazeuses sont riches en bicarbonates, aux propriétés antibactériennes et certaines sont naturellement salées.

Bien se moucher
La muqueuse nasale faisant office de filtre à air, elle retient les poussières et la pollution. Se moucher tous les matins, une narine après l’autre, mais pas trop fort pour ne pas propulser les microbes vers les sinus et les oreilles.

La vaccination contre la grippe saisonnière
Cette dernière demeure l’un des moyens les plus efficaces pour prévenir les maladies et protéger son entourage. Pour autant, cette vaccination ne protège pas contre toutes les maladies et un seul geste ne suffit pas. Cela étant, il faut s’entourer des précautions suivantes :

Une bonne hygiène de vie, comme le sommeil, une alimentation riche (orange, jus de citron…) améliore le système immunitaire ;
éviter le contact avec des personnes malades (le virus se transmet par voie aérienne) ;
bien se couvrir pendant la période froide, car que le virus est insensible aux antibiotiques ;
le savon est plus efficace que ces solutions qu’on nous vend (purement marketing parfois).

Changer de brosse à dents après une infection, grippe, angine ou simple rhino-pharyngite
Comme la brosse à dents reste humide après avoir été rincée, elle offre un environnement favorable à la prolifération des microbes.

Une bonne hygiène de vie,c’est essentiel !
La meilleure prévention contre les maladies hivernales, c›est une bonne hygiène de vie. Dormez suffisamment, faites du sport, ne malmenez pas votre organisme par la consommation excessive de tabac et mangez de façon saine et diététique.

Attention aux poignées de porte !
Les scientifiques alertent sur les dangers que représentent les poignées de porte sur lesquelles des bactéries sont déposées et redistribuées à chaque contact avec les milliers de mains qui les empoignent. Mieux vaudrait donc pousser les portes comme cela se fait déjà dans les hôpitaux ou les ouvrir avec le coude.

 

  Par  S. S. B.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page