Mon calendrier de maman

Mon calendrier de maman

clndredito2des calendriers, j’en ai toujours tenus. Mon calendrier de révision au lycée et bien après à l’université pour ne jamais oublier un projet, un devoir ou un examen ; mon calendrier de meetings importants et de rendez-vous professionnels à ne pas rater au travail ; mon calendrier d’ovulation pour ne pas tomber enceinte (j’ai toujours eu horreur de me mettre sous contraception orale à cause des migraines affreuses que cela me cause). Aujourd’hui, je tiens mon calendrier de maman sur lequel j’inscris tout ce qui a trait à cette fonction à temps plein : heures de révision, heures de repos,temps pour le sport et les loisirs, date de paiement des frais de scolarité, dates des vacances scolaires en prévision des plans de sortie. Avouons que ce calendrier est de loin le plus important et le plus difficile de notre vie de femme, car il ne s’agit point d’inscrire un planning à suivre à la lettre, mais de nous impliquer intellectuellement, mentalement et affectivement. Quelle galère ! Notre calendrier de maman ce n’est pas comme cette liste de menus de la semaine qu’on colle sur notre frigo et qu’on ne suit jamais à la lettre. Dans ce calendrier, on n’a pas le droit à l’oubli, à l’erreur et certainement pas à l’imprudence. On se donne corps et âme dans leur révision, on s’oublie complètement, on exige d’eux le meilleur et on les met sous pression parfois sans même nous rendre compte. On dresse la barre tellement haut qu’il nous arrive d’oublier comment lâcher du lest. Et si nous nous relaxions un peu ! Ne serait-il pas judicieux de trouver la bonne attitude pour responsabiliser nos enfants au lieu de les assister continuellement ? Ne devrions-nous pas déstresser en jouant avec eux en plein air, en partageant ces agréables moments de zen attitude loin des pressions du quotidien ?

Accompagner nos bambins sur le chemin de l’autonomie, les initier à l’indépendance est tout un art que nous devons apprendre. Pour s’y mettre, on commence par leur faire confiance et leur permettre de réussir, d’échouer, d’apprendre de leurs erreurs. Nos enfants ne sont pas parfaits et nous non plus d’ailleurs. Donc, à nous de trouver le juste milieu pour un développement harmonieux.

Par Dalila Soltani

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page