Pas de bol Je suis tombée sur un radin !

Pas de bol Je suis tombée sur un radin !

Il se débine à chaque fois !
L’avarice ternit toutes les autres qualités qu’un homme peut avoir. Un grippe-sou qui réfléchit à dix fois avant de sortir son portefeuille, c’est très lourd. Se débiner au restaurant au moment de payer l’addition, affligeant. Des femmes racontent des anecdotes croustillantes sur la pingrerie de leurs amoureux. Chaud devant !
Lorsque votre petit ami vous invite à boire un café et qu’il se met à consulter ses mails sur son téléphone portable au moment de régler la note, c’est bizarre.
«J’ai fréquenté un type qui m’a servi ce scénario trois fois de suite confie Ahlem, 29 ans. En arrivant à la caisse, il s’est à chaque fois débiné faisant mine d’être suspendu à son cellulaire. Une fois, il a prétexté un besoin urgent pour disparaître aux sanitaires. Bien sûr, j’ai à chaque fois dû régler l’addition.
Vraiment, j’ai détesté ce comportement. Un manque d’élégance et une preuve de pingrerie qui m’a complètement refroidie. J’ai coupé court à cette relation. Vivre avec un homme qui a des oursins dans la poche, jamais de la vie !»
Près de ses sous, c’est fou !
Lorsqu’on offre à son Roméo un cadeau de valeur pour son anniversaire, on s’attend à avoir la même attention lorsque notre tour arrive. Au chapitre ‘je profite de la générosité de ma petite amie sans lui renvoyer l’ascenseur’, j’appelle Sabrina, 28 ans. «Lorsqu’on est dans une relation de couple sérieuse et qu’on parle de mariage, on aime montrer à notre partenaire qu’on tient à lui. A l’occasion des 30 ans de mon Jules, j’ai voulu marquer le coup en lui organisant une surprise dans un salon de thé d’Alger, avec tous ses amis. J’ai casqué pour réserver un espace privatif et avoir une table bien garnie. Je lui ai choisi une belle montre de luxe sur laquelle il lorgnait depuis un moment. Mon compte bancaire était à sec, mais j’étais heureuse d’avoir fait plaisir à mon chéri. Mon anniversaire tombait quatre mois plus tard. Je m’attendais à une belle surprise. Mais rien. Nada ! Mon copain a tout simplement oublié ma date
d’anniversaire. Je n’en revenais pas ! Il a voulu se rattraper en m’offrant des chocolats le lendemain mais le mal était fait. La pilule était dure à avaler. J’avais remarqué des épisodes de pingrerie au préalable, mais cet épisode a confirmé mes craintes. Je fréquentais un crevard. Je n’ai pas pu aller plus loin avec cette personne. L’avarice est le défaut qui m’insupporte le plus chez un être humain.»

«Mon conjoint m’a ouvertement avoué que sortir de l’argent de sa poche était très douloureux pour lui et qu’il se limitait à le faire pour des choses vitales.»

Un grippe-sou démasqué trop tard
Un homme peut donner l’illusion d’être généreux pendant les fiançailles, mais se révéler être plus pingre qu’Harpagon après les épousailles. «Avant nos noces, mon fiancé dépensait sans compter pour me faire plaisir. Des petites attentions qui me comblaient de bonheur : invitation au restaurant, roses, parfums, fringues… Comme il a un bon salaire, je n’ai jamais imaginé qu’il allait se
transformer en pingre un jour. C’est justement ce qui est arrivé juste après notre mariage. Fini les cadeaux. Je dois tout débourser de ma poche. Même lorsque nous sommes invités pour une fête dans sa propre famille, c’est à moi d’acheter le cadeau. Sinon, on irait les mains vides. J’ai fini par comprendre que mon époux avait un rapport bizarre avec l’argent. Une facette qu’il a bien dissimulée
avant le mariage. Je suis déçue par ce comportement surtout qu’il est loin d’être sur la paille. Mon salaire est bien plus modeste que le sien et je dépense sans calcul. Cette situation est très pénible à vivre. J’ai posé le problème et j’en ai discuté avec lui. Mon conjoint m’a ouvertement avoué que sortir de l’argent de sa poche était très douloureux pour lui et qu’il se limitait à le faire pour des choses vitales. Dans sa jeunesse, il a subi des frustrations et des privations à cause de son milieu très modeste, m’a-t-il expliqué. Etre avare est finalement une vraie maladie qui relève de la psychologie !»
Dur dur pour une femme de vivre avec un homme incapable de dépenser le moindre centime pour lui faire plaisir. Une rose est inutile. Une sortie au restaurant superflue. Un cadeau d’anniversaire le moins cher possible. Une pingrerie qui gâche des moments précieux de la vie qui avance inexorablement et qui, un jour, emportera chacun de nous, sans bourse ni aucun bien terrestre. A
méditer…

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page